st_loup_slide_page-e285a4

30 janvier : Signature du Contrat Local de Santé du Pays des Vosges Saônoises

Signature du Contrat Local de Santé du Pays des Vosges Saônoises.

                       18 actions pour améliorer la santé de la population.

 

De gauche à droite : Didié Doré, Thierry Bordot, Sylvie Mansion et Robert Daguenet.

La signature du Contrat local de Santé (CLS) du Pays  des Vosges Saônoises a eu lieu le mercredi 30 janvier, salle François Mitterrand à Saint-Loup-sur-Semouse. Cet accord repose sur la mise en place de dix-huit actions en vue de faciliter l’accès aux soins et d’améliorer les contextes sociaux et environnementaux impactant la santé de la population du Pays.

Thierry Bordot, président du  Pays  des Vosges Saônoises en présence de Didier Doré, sous-préfet de Lure et  Sylvie Mansion, directrice générale de l’ARS (Agence régionale de santé) de Franche-Comté, Robert Daguenet 1er vice-président de la Mutualité Sociale agricole (MSA) de Franche-Comté ont signé la convention devant un large parterre de professionnels de santé, de partenaires, de conseillers généraux, de maires, d’élus et d’invités.

  Dans son discours de bienvenue, Thierry Bordot, maire de Saint-Loup-sur-Semouse, a évoqué la démographie médicale, « ce sujet qui fâche dans sa commune » a ajouté le premier magistrat. Poursuivant, il a laissé la parole au président du Pays des Vosges Saônoises pour faire l’apologie du long travail d’élaboration du CLS, engagé à l’automne 2011, conjointement avec l’ARS,  démarche  faisant suite à une réflexion portée par le Pays sur la problématique de la démographie médicale à l’échelle du territoire des Vosges Saônoises.

Le Pays regroupe 89 000 habitants répartis dans 162 communes. Des études ont montré des disparités importantes sur le territoire (inégalités territoriales avec des zones rurales rassemblant une population isolée, âgée qui rencontre de difficultés d’accès aux examens de prévention ; inégalités sociales avec chômage, formation insuffisante… ; problématique de démographie médicale et d’accès aux soins ; besoins en prévention spécifiques).

      Les actions contenues dans le CLS du Pays des Vosges Saônoises

  Le contrat établi pour trois ans, a été élaboré dans une logique de concertation par les élus, les professionnels de santé, les acteurs et partenaires. L’intérêt pour les élus est de donner une suite concrète à ce travail d’étude, qui a nécessité quarante réunions. Ainsi, les signataires s’engagent à réduire les inégalités territoriales et sociales de santé qui caractérisent le milieu rural  local, en facilitant l’accès des personnes aux soins, aux services  et à la prévention, et  en participant à l’amélioration des contextes sociaux et environnementaux qui influent sur l’état de la population.  Au final, dix-huit actions de terrain sur trois axes stratégiques ont été définies, favorisant le décloisonnement entre les différents acteurs de la santé. Les thématiques retenues portent en particulier sur la prévention par rapport aux risques d’addiction (drogues, alcools) et de surpoids, sur la lutte contre les déserts médicaux et la prise en compte des risques sanitaires. Avant de  terminer son propos, Thierry Bordot a fait part de son souhait de « prendre la précaution de lutter ensemble et non en concurrence contre la désertification médicale ».

                                  Une innovation de la loi HSPT pour l’ARS

  Sylvie Mansion s’est félicitée de la deuxième signature d’un CLS en Haute-Saône, après celui du Pays de Vesoul-Val de Saône, rappelant la philosophie du contrat qui est une mesure innovante issue de la loi du 21 juillet 2009, dite « loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires » (HPST) visant à réduire les inégalités sociales et territoriales en santé. Elle insiste sur l’accompagnement de l’ARS pour faire vivre ce contrat dans le temps. Puis, la directrice générale aborde le sujet préoccupant de la démographie médicale en Franche-Comté,  4000 médecins répartis pour moitié en cabinet  libéral et l’autre moitié en exercice salarié verront leurs effectifs baisser de 10% à l’horizon 2020. La fidélisation des étudiants franc-comtois en médecine a débuté depuis trois ans par des stages en cabinet libéral, avec l’idée de redonner toute sa place à la médecine générale et d’encourager leur installation en milieu rural. Mailler le territoire franc-comtois au moyen de maisons de santé pluridisciplinaires regroupant les professionnels de santé, faciliter leur accueil, poser les fondations de protocoles de coopération, autant d’atouts qui ne fonctionneront qu’avec les professionnels de santé qui sont la clé de voute de ces dispositifs, assure la directrice générale.  «  A nous de trouver des solutions, ensemble, par la coopération » encourage Sylvie Mansion. 

  Cosignataire du CLS, la MSA de Franche-Comté représentée par Robert Daguenet, rappelle son engagement aux côtés de l’ARS et des collectivités locales pour faire face aux problèmes de la désertification médicale. La MSA ne se contente pas de son rôle d’assurance maladie mais se place également en acteur de la santé publique, en tant que relais potentiel sur les territoires isolés.

  Cette démarche de partenariat franc-comtoise a été largement saluée par Didier Doré, sous-préfet de la Haute-Sâone. Reprenant les différents thèmes largement débattus, il a souligné que ce projet a la chance de ne pas partir d’un terrain vierge, des expériences sont en place (une première maison de santé pluridisciplinaire  inaugurée à Saulx, celle de Saint-Loup en cours d’élaboration), puis il a félicité pour leur mobilisation et leur implication les acteurs du territoire pour ce plan d’actions élaboré  au profit de l’ensemble de la population.

(article extrait des Affiches de la Haute-Saône)

 

Consultez les autres clichés dans la Photothèque .

***

Notification aux actualités
Abonnez-vous aux actualités de la commune et restez informés... !
Coordonnées de la mairie 7 rue Henry Guy 70800 SAINT LOUP SUR SEMOUSE Tél : 03 84 49 06 22 - Fax : 03 84 94 20 74 Contacter la mairie